Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Appel de Valentina Lisitsa

Chers fans, chers amis,

J’ai une confession à vous faire, et une grande faveur à vous demander, à vous toutes et tous. J’ai vraiment VRAIMENT besoin de votre aide, maintenant.

Mais d’abord ma confession.

Pendant toute l’année dernière, j’ai mené une double vie. Il y avait moi, la « pianiste célèbre », volant de concert en concert à travers le monde, apprenant de nouveaux morceaux, enregistrant, exprimant mon bonheur dans de nombreuses interviews.
Cependant il y avait une autre « moi » : pas la musicienne, mais un être humain normal. Une fille, une mère, une épouse. Et cet être humain a regardé impuissante comment la patrie de ma naissance, de mon enfance, de mon premier amour, ce pays était en train de glisser avec une vitesse indescriptible vers l’abîme. Des enfants meurent sous les bombes, des vieilles femmes meurent de faim, des gens sont brûlés vifs …
La pire des choses qui peut arriver à un pays est la guerre civile. Les gens se considèrent soudain comme ennemis. Leurs voisins, qu’ils regardent comme des ennemis à éliminer. C’est ce qui arrive à ma belle Ukraine.
Mon coeur saigne.


Vous avez tous vu sur les écrans de télévisions du monde entier l’avènement de cette magnifique révolution du peuple d’Ukraine qui s’est levé en fureur contre ses caciques corrompus, pour réclamer une meilleure vie. J’étais si fière de mon peuple ! Mais, la classe dirigeante ne se laisse pas faire si facilement. Ils ont réussi à détourner la colère du peuple sur une autre cible, des ennemis imaginaires, et pire, à monter les gens les uns contre les autres. Un an après, nous avons toujours les même caciques, riches, au pouvoir, alors que la misère et la pauvreté se développe partout, des dizaines de milliers sont tués et il y a plus d’un million de réfugiés.
Alors j’ai ouvert un compte Twitter (combien d’entre vous on un compte Twitter ? LOL) au nom de « NedoUkraïnka ». Un mot qui signifie en gros « sous-Ukrainien ». Un coup porté au premier ministre ukrainien qui a désigné les Ukrainiens russophones du sud et de l’est comme des « SOUS-HOMMES » !
Non, je ne plaisante pas !


C’est dans un document officiel. Je suis un sous-être humain, mon mari, ma mère … Je maitrise parfaitement la langue ukrainienne, bien mieux que le « soi-disant » président de l’Ukraine. Cependant, je ne parle pas cette langue en famille. Je ne chante pas de berceuses à mon fils en ukrainien, lorsque je dors, je ne rêve pas en ukrainien, et lorsque je mourrai, mes derniers mots ne seront pas en ukrainien.
Pardon, je me suis égarée à vous raconter tout cela …


Je suis devenue experte en décryptage de fausses informations


Pour revenir à mon histoire, si j’ai pris un compte Twitter, c’est pour montrer l’autre face de l’histoire officielle, celle qui vous est servie par les médias mainstreams. La situation critique dans laquelle se trouve mon peuple, les bonnes et mauvaises choses qui se passent en Ukraine. J’ai traduit des informations en provenance de sites ukrainiens qui racontent des témoignages visuels, des atrocités … Je suis devenue experte en décryptage de fausses informations publiées par les médias occidentaux pour faire croire qu’une des parties engagée dans la guerre civile est douce et blanche comme neige, et que l’autre est constituée de sous-hommes qui ne méritent aucune pitié, des dommages collatéraux.


Juste pour vous donner un exemple.


J’ai dénoncé le magazine français ELLE, et il a publié une excuse publique
Une de mes prouesses a été de confondre le magazine de mode Français « ELLE », qui a publié une reluisante histoire sur les femmes dans l’armée ukrainienne.
Avec quelques recherches, j’ai démontré au magazine, avec mes tweets, que la fille qu’ils avaient choisie en couverture était en fait une horrible personne, ouvertement neo-nazie, raciste, antisémite, et qui appelait à tuer des civils pour le plaisir.
Le magazine a publié une excuse publique.
J’étais très fière. [NDLR: Valentina Lisitsa a été plus chanceuse que lorsque les magazines publient des fausses images d’enfants palestiniens tués : ils ne s’excusent jamais]


Avec le temps, mon activisme a attiré l’attention de nombreuses personnes vicieuses, haineuses. Je représentais une « cible » particulièrement importante, parce que je suis Ukrainienne, et par conséquent une traitresse.


Je croyais connaitre la haine. Mes performances sur Youtube m’attirent quelques mails de haine. Mais je faisais erreur [j’ai connu ensuite ce que c’est que la haine] : des menaces de mort, le souhait que toute ma famille trouve la mort, des insultes comme « la pute du Kremlin », la liste est longue. Mes détracteurs haineux ne se sont pas arrêté là. Pour tenter de « me donner une leçon (ce sont leurs propres mots), ils veulent maintenant me faire taire en temps que musicienne.


Je dois cette semaine jouer le Concert Nr. 2 de Rachmaninoff avec le Toronto Symphony Orchestra.
En décembre dernier, quelqu’un de la direction générale de l’orchestre, certainement après avoir subi des pressions d’un petit lobby agressif se réclamant de la communauté Ukrainienne, a décidé que je ne dois pas être autorisée à jouer.
Je ne sais même pas qui sont mes accusateurs. On me laisse totalement dans le noir.


Sur Twitter, on m’accuse d’inciter à la haine. Et comme « preuve », c’est assez ironique, ils ont présenté à l’orchestre mes tweets sur des caricatures de Charlie Hebdo décrivant les médias menteurs ! Nous savons tous ce qu’ont fait ceux qui ne tolèrent pas la liberté d’expression aux journalistes de Charlie Hebdo.
Et maintenant, l’orchestre, qui se trouve sur la terre d’un des pays les plus démocratiques qui soit, se plie aux exigences de ces mêmes personnes, les aidant à m’assassiner, pas encore physiquement, mais assurément comme musicienne.


Le Toronto Symphony veut me payer pour ne pas jouer, parce que j’exerce mon droit à la libre expression
Oui, le Toronto Symphony veut me payer pour ne pas jouer, parce que j’exerce mon droit à la libre expression.
Oui, ils vont payer mon cachet. Et ils vont annoncer que je ne suis pas en état de me produire, et qu’ils ont trouvé un remplaçant.
Ils m’ont même menacée pour que je ne révèle pas les causes de mon annulation.


C’est sérieux. Et, j’ai cru que ces choses là n’arrivaient qu’en Turquie à Fazil Say !
Maintenant voici ma supplique.
Avant de décider de m’aider, si vous le voulez, je vous prie de prendre le temps de lire mes tweets.
Peut-être allez vous trouver que certains sont offensifs. La satire et l’hyperbole sont les meilleurs outils littéraires pour combattre le mensonge. Gardez bien cela en mémoire, lorsque vous lirez.
Voilà ce que je vous demande de faire pour moi, au nom de la défense de la liberté, même si vous n’êtes pas politiquement d’accord avec moi (LOL) !
Je vous demande de lever votre voix et de dire au Toronto Symphony que la musique ne peut pas être réduite au silence
Je vous demande de lever votre voix et de dire au Toronto Symphony que la musique ne peut pas être réduite au silence. Demandez leur de me laisser jouer. Si vous voulez écrire quelque chose, ce sera formidable. Ou simplement partagez une photo que j’ai faite (pardon, je l’ai faite à partir de mon iPhone, rien de terrible), et demandez à vos amis de partager.


S’ils font cela une fois, ils le referont encore et encore, jusqu’à ce que les musiciens, les artistes, soient intimidés et s’autocensurent. Notre futur sera sombre si nous laissons faire cela.
S’il vous plait, tenez vous à mes côtés.
Ici, les liens pour leur laisser un mot :

https://www.facebook.com/torontosymphonyorchestra

https://twitter.com/TorontoSymphony

Traduction et adaptation, Sylvia Bourdon pour Dreuz.info.

 

Partager cet article

Repost 1