Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté d'expression : les masques tombent déjà par Annie Lacroix Riz

14 janvier 2015

 

1° Boris Cyrulnik (http://www.sudouest.fr/2015/01/09/terroristes-islamistes-c-est-la-meme-mecanique-que-pour-les-nazis-1791819-6092.php) évoque une marée nazie surgie de rien : « Le nazisme est parti de la belle culture germanique allemande, et en quelques années a mis le feu au monde. Des slogans sont entrés petit à petit dans la culture commune. La population s'est soumise à une représentation dépourvue de jugement. La société s'est imprégnée de ces idées. »

C’est guignol. Cette marée (septembre 1930-1933) d’un parti très minoritaire (2,6% des voix aux législatives de 1928) a été soigneusement préparée, par des décisionnaires précis. Dans une conjoncture de crise systémique où les partis « traditionnels », extrême droite « national-allemande » comprise, inspiraient au peuple allemand la plus vive méfiance, le grand capital allemand a fait, souvent avant 1930 (affectation par l’industrie lourde d’une fraction de son chiffre d’affaires au NSDAP dès 1923, au moment de l’occupation franco-belge de la Ruhr), plus clairement en 1930, le choix de la solution nazie : c’est celle qu’il jugea la plus efficace pour casser les salaires à l’intérieur, régler la dette privée extérieure (et préparer la guerre).

Cette option a été formellement et définitivement encouragée en 1931 (souvent avant), lors de l’effondrement financier comparable, en moins pire, au problème de la « dette privée » (et pas publique) actuelle, par les créanciers internationaux de l’Allemagne, parmi lesquels la très haute banque française, anglaise et américaine, unie, via les banques centrales, au sein de la Banque des règlements internationaux : ces Messieurs ont fait connaître à leurs homologues allemands qu’ils comptaient sur eux pour établir dans les meilleurs délais « un gouvernement d’union nationale » comme en France en 1926, sous la houlette (apparente) de l’homme du Comité des Forges, Poincaré (citation, Clément Moret, gouverneur de la Banque de France, à Hans Luther, président de la Reichsbank, 10 juillet 1931).

Cette interprétation ne relève pas d’un éventuel « conspirationnisme », mais est établie par les faits, consignés notamment dans les fonds de la Banque de France relatifs à la BRI : série Service 1069199211, Banque des règlements internationaux, plusieurs volumes.

 

Il faut arrêter de prétendre que le fascisme a été un choix populaire quasi spontané, ou inspiré par « on », il l’a été partout sur décision identifiable du grand capital, en Italie comme ailleurs ensuite. On le savait en gros entre 1935 et les années 1980, et les sources historiques l’attestent de façon irréfutable, mais la population a cessé de le savoir parce qu’« on » le lui cache. Je ne doute pas que Boris Cyrulnik soit un grand neuropsychiatre, mais je conteste formellement sa compétence historique sur les origines et soutiens du fascisme, nazisme compris.

 

La thèse selon laquelle « Avec une minorité d'hommes formés, payés et armés, manipulés et fabriqués, on peut détruire une civilisation », est aussi hautement fantaisiste, et peut être proclamée d’autant plus tranquillement que son auteur ne se sent pas tenu de préciser qui détruit. On aimerait savoir qui est ce « on » que l’interviewé se dispense de nommer (sauf, nous a-t-on dit ces jours-ci, qu’il paraît que des grands criminels se sont financés avec des ventes de « contrebande ». Ah, oui? De la vente de shit, peut-être?). « Payés et armés » par qui? Nous ne le saurons pas puisque les « terroristes » sont morts. Nous ne le savons jamais, puisqu’ils meurent à chaque coup et que ne circulent sur eux que des « photos d’archives ». Cette poisse répétée ne peut s’expliquer que par les fameuses « failles » réitérées dans le renseignement.

 

2° Concernant « je suis l’Ouest » , on comprend mal pourquoi l’analyse du racisme intérieur et de ses causes dispenserait « d’aller chercher […] la réponse du côté des agissements de Paris en Moyen-Orient ou dans les pays musulmans. » Au nom de quoi s’interrogerait-on sur « l’Europe » sans poser la question de son rôle dans les « repartages du monde » impérialistes en cours, dans lesquels elle sert d’auxiliaire (l’Allemagne, entre autres, prétend à davantage) au grand « repartageur » américain? Le traitement par le grand capital, de plus en plus féroce vu l’aggravation de la crise, des populations du « centre », elles-mêmes constituées à la fois de « blancs » et de « migrants [et] postmigrants », peut-il être séparé du traitement des populations des pays noyés sous les bombes et démantelés en raison de leur intérêt pétrolier et gazier? À lire certains textes parus à l’occasion de la guerre israélienne contre Gaza à l’été 2014 (et même parus bien avant), la Palestine elle-même n’échappe pas à ce cas de figure.

 

À ce propos, https://fr.news.yahoo.com/valls-sollicite-mandat-parlementaires-prolongation-op%C3%A9rations-irak-165355454.html, et ça va durer combien de temps, ces interventions dans des pays ravagés par l’Occident parce que leurs chefs politiques ne voulaient ou ne veulent pas céder pas le pétrole ou le gaz aux conditions requises par « l’Occident »? au prix de quelle baisse des salaires et des retraites? On va s’y opposer quand, avec nos syndicats, entre autres ?

 

3° on combattrait réellement le « communautarisme » en général, l’antisémitisme en particulier en glorifiant l’enterrement de juifs français en Israël? Où sont les preux défenseurs de la laïcité, aux abris? Défenseurs de la thèse selon laquelle les juifs français ne sont plus français? Depuis quand les juifs de France sont-ils citoyens d’Israël? Depuis quand la France donne-t-elle des garanties à un pays étranger sur la protection de ses propres ressortissants? Imagine-t-on les réactions publiques si des musulmans français enterraient des membres de leur famille ailleurs qu’en France? Rappelons-nous le cirque politico-médiatique qui a été déployé quand des Français originaires d’Algérie ont acclamé l’Algérie dans une compétition de foot, et les hurlements sur la bi-nationalité quand elle concerne des Français arabes ou africains d’origine. Au fou!

 

4° La « stratégie du choc » prend des formes très diversifiées et, comme dans les années 1930, elle entraîne un énorme développement du terrorisme d’État : l’Allemagne a fait ça très bien avant que les États-Unis ne la dépassent, directement ou via leurs auxiliaires : même la grande presse a fini par être contrainte de parler de la collaboration entre la CIA et tous les service de renseignements de « l’Occident », de définition géographique très extensive. Voir par exemple William Blum, Les Guerres scélérates, Lyon, Parangon,‎ 2004 (Killing Hope: U.S. Military and CIA interventions since World War II, Monroe, Maine, Common Courage Press, 2003, édition complétée de son ouvrage essentiel, The CIA: A Forgotten History, Londres et New Jersey, Zed Books, 1986), et Daniele Ganser, Les armées secrètes de l’OTAN. Réseaux Stay Behind, Opération Gladio et terrorisme en Europe de l’Ouest, Éditions Demi-Lune, Paris, 2007 (parution en anglais en 2005). Trouver un grand éditeur parisien s’étant avéré impossible, seule une maison d’édition stigmatisée a trouvé le courage de publier l’ouvrage. C’est la responsabilité des grands éditeurs.

 

Le caractère spectaculaire de ce terrorisme d’État, depuis les années 1980-1990, et plus encore depuis septembre 2001, incite à mettre beaucoup de choses en doute, en France et ailleurs. Profitons de ce que nous pouvons encore lire sur la Toile, avant que les lois scélérates ne fassent, en l’éventuelle absence de réaction populaire, leur œuvre liquidatrice, par exemple l’intervention, le 11 janvier 2015, du  journaliste italien Giulietto Chiesa, en général très bien informé :http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/charlie-hebdo-intervention-48455

 

Ah, à propos de « stratégie du choc », la dernière en date, avant la prochaine : https://fr.news.yahoo.com/air-france-klm-supprimerait-5-200343416.html

Et sur la sincérité de l’émotion du capitalisme à propos de « Charlie » https://fr.news.yahoo.com/l-incroyable-business-autour-charlie-hebdo-173400425.html

 

Il est temps que nos organisations syndicales nous aident à affronter la tempête.

 

Amitiés syndicalistes,

Annie Lacroix-Riz

Partager cet article

Repost 0