Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ebola : ce que le CDC prévoit si rien n’est fait de plus

Ce n’est pas dans les habitudes de Reflets de relayer la peur, ou participer à créer la panique par des annonces apocalyptiques. Avec Ebola, rien n’est pourtant plus simple : ce virus est terriblement contagieux, le plus souvent mortel et n’a encore ni vaccin ni traitement homologué.

Dans un précédent article, le virus Ebola avait été évoqué, non pas pour la menace qu’il ferait peser sur les pays industrialisés, mais pour l’épouvantable carnage qu’il risquait de provoquer en Afrique de l’Ouest et potentiellement ailleurs sur le continent, si rien de plus n’était fait pour aider les pays touchés.

Ce qui pose problème au Libéria, en Guinée, et en Sierra Léone est avant tout un déficit de moyens sanitaires. Que les populations, par leurs traditions culturelles, particulièrement sur les rites funéraires, rendent difficile l’endiguement de la maladie, est un fait avéré. Mais les systèmes de santé déplorables de ces pays sont le principal facteur qui font craindre le pire. Le CDC (Centre de contrôle et prévention des maladies, USA) renvoie les prévisions suivantes, des plus alarmistes :

This week’s MMWR (Morbidity and Mortality Weekly Report), Estimating the Future Number of Cases in the Ebola Epidemic—Liberia and Sierra Leone, 2014–2015, estimates the future number of cases if current trends continue. The MMWR also adjusts the number of cases based on estimated underreported cases.

By September 30, 2014, CDC estimates that there will be approximately 8,000 cases, or as high as 21,000 cases if corrections for underreporting are made.

Without additional interventions or changes in community behavior, CDC estimates that by January 20, 2015, there will be a total of approximately 550,000 Ebola cases in Liberia and Sierra Leone or 1.4 million if corrections for underreporting are made.

Cases in Liberia are currently doubling every 15-20 days, and those in Sierra Leone and Guinea are doubling every 30-40 days.

Halting the epidemic requires that approximately 70% of Ebola cases be cared for in Ebola Treatment Units or, if they are at capacity, at home or in a community setting in which there is a reduced risk of disease transmission and safe burials are provided.

550 000 cas sont approximativement prévus d’ici à la fin janvier pour le Libéria et la Sierra Léone par le CDC, mais jusqu’à 1,4 millions si des sous-déclarations sont observées. Le CDC atteste de la crise sanitaire en cours, et souligne que l’épidémie peut être stoppée si 70% des cas d’Ebola étaient pris en charge dans des unités de traitement spécialisées, ou à domicile avec des précautions pour empêcher la propagation, aidé de sépultures « sécurisées ». Les 70% de cas Ebola pris en charge ne le seront pas sans l’aide massive des pays développés, de la communauté internationale, comme tous les observateur le soulignent.

Si la comparaison entre un pays comme la France et les pays d’Afrique de l’Ouest n’est pas possible en termes de gestion de crise et de prise en charge de malades infectés par le virus Ebola, les personnels soignants français sont tout de même inquiets. La France est spécialiste du déni dans les cas des gestions de catastrophes. Il suffit de se rappeler le nuage de Tchernobyl s’arrêtant à la frontière en 1986 pour s’en convaincre. Le manque de personnel hospitalier causé par les politiques de réduction des fonctionnaires n’est pas étranger non plus à cette inquiétude.

Aider l’Afrique de l’Ouest à éradiquer Ebola semble de toutes les manières une nécessité, par obligation morale en premier lieu. Et plus trivialement, pour se protéger d’une pandémie mondiale possible.

Partager cet article

Repost 0