Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En 1914 la SFIO et le SPD votaient les crédits de guerre et sombraient dans « l’union sacrée » pour envoyer la paysannerie et les masses populaires à l’abattoir pour le seul profit du capital. Trahison terrible qui, par un légitime sursaut vital du mouvement ouvrier internationaliste, aboutira à la naissance de l’Internationale communiste.

 

En 2014 la même logique de trahison est à l’oeuvre. Pour nous qui dénonçons le PGE, parti de la gauche européenne présidé par Pierre Laurent, et ses sections locales pour leur refus de combattre, pour leur compromissions avec le capital, pour leur reniements, pour leurs mutations en formations social-démocrates, il n’y a pas de surprise.

 

Pour d’autres qui croient que le PGE présente une alternative, ce doit être un choc : TSIPRAS, chef de SYRIZA,candidat de « la gauche de la gauche », du PGE à la présidence de la Commission européenne, appelle à voter pour Jean-Claude JUNCKER, candidat de la droite et du PPE à la présidence de la Commission.

 

Pourquoi ? Parce que le « suffrage universel » – avec en Europe environ 70% d’abstention ! – a placé le candidat de droite en tête….On croit rêver.

 

Avec une telle logique, les députés du Front de Gauche français devraient voter pour un premier ministre UMP si l’UMP arrive première sans tenir compte de ses positions politiques, de son programme économique et social.

 

Absurde? Oui mais c’est ce qu’osent dirent Tsipras ou Hollande. Dès qu’il s’agit de l’Europe, le totalitaire projet européen « ni droite ni gauche » (surtout « ni gauche » !) apparaît pleinement ! Après tout, le « socialiste »FABIUS n’a-t-il pas adoubé les nazis au pouvoir à Kiev en assurant qu’ils n’étaient pas d’extrême droite ?

 

TSIPRAS démontre que SYRIZA n’a qu’une ambition : remplacer le PASOK sans rien changer au fond de la situation des Grecs et de la Grèce, sans se battre pour changer la donne économique et sociale, sans rien faire en faveur de l’indépendance du pays, sans résister aux diktats de l’UE, de la BCE, du FMI, la sinistre Troïka, sans entreprendre la sortie de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et engager la sortie du capitalisme. Tsipras et Syriza mettent bas le masque et MÉLENCHON, lui-même, est obligé d’exprimer son désaccord. Pierre LAURENT, lui, est muet.…il faut dire que TSIPRAS était son nouveau modèle. Mais ne devrait-il pas plutôt se tourner résolument vers Matteo RENZI, ainsi la boucle serait bouclée et la mutation achevée : n’est ce pas le PCI muté en PD qui a donné à l’Italie ce jeune et fringant premier ministre de « gauche » qui fait apparaître Tony BLAIR comme un gauchiste ?

 

1914 « union sacrée ». 2014 vote pour la droite au sein du cirque-parlement européen.

Les mêmes refont les mêmes gestes sous des oripeaux différents.

 

Que tous constatent où mène le refus de rompre avec l’UE : ce sera, qui sait, salutaire. Mais que ces gens ne viennent pas donner aux militants de la gauche anti-euro, anti-UE des leçons de progressisme ou d’antifascisme. Et que les militants du PCF-PGE aient enfin, un sursaut salutaire face à leur direction, cela devient vital à l’heure où, dans le Pas-de-Calais, un maire PCF de ville moyenne n’a pas craint de s’allier à l’UMP en inaugurant ce que nos camarades chtis ont appelé l’ UMPC. Il y a urgence !.

 

Antoine Manessis, 28 Juin 2014

 

 

TSIPRAS vote JUNCKER : 1914-2014, la Social-Démocratie dans la même logique !

Partager cet article

Repost 0